mercredi 23 janvier 2013

Je vais beaucoup mieux que mes copains morts - Viviane Chocas

 
 
"A la fin, c'est toujours d'amour qu'on brûle...
du manque...
du regret...
du feu du désir qui nous plie encore...
On ne sera jamais que les cendres des coeurs qu'on a soulevés."
 
 
Jeune femme amoureuse mais tourmentée par l’absence d’un père, Blanche anime un atelier d’écriture dans une maison de
retraite au coeur de la campagne normande.
Derrière le ballet des robes de chambre et des corps qui flanchent, se prépare une joyeuse révolution. Bien malgré elle, Blanche se retrouve complice d’un improbable gang en cavale avec à sa tête un petit bout de femme en fauteuil roulant, une septuagénaire qui perd gentiment la boule et deux papis flingueurs.
Ces vieux-là gardent le poing levé et sont bien décidés à faire danser encore un peu le monde sous leurs pieds.

Avec Viviane Chocas, les vieux sont toujours bien vivants.
 Contre le sort indigne fait au grand âge, elle compose et invente une épopée subtile, drôle et désinhibée où la fiction insuffle un ébouriffant vent de liberté, à rebours des préjugés.
 
"Une vie derrière soi, ça n'empêche pas d'avancer encore. " 
 
 
 
Victor est à quatre pattes sur une tombe.
Blanche a deviné la phrase avant de l'avoir lue sur la stèle...
Toi et moi , nous avons eu de beaux étés.
Victor l'invite à s'asseoir.
Et se met à parler tranquillement...
 
"Moi, j'ai toujours aimé la chaleur, mon Anette un peu moins...
Cette nuit où Anna et moi avons dormi à la belle étoile...
Sur un plaid, on est resté là, allongés sur le dos sous la voûte du ciel.
Elle prétendait qu'elle n'avait rien vu d'aussi merveilleux.
On n'en demandait pas plus pour être les rois du monde.
Cela nous suffisait.
Les dernières années de sa vie, mon Anette avait oublié les étés.
Elle mélangeait les saisons, empilait les chandails au mois d'août, sortait en décembre acheter du pain en nuisette.
Les étés ont sombré avec le reste.
 
Il fallait que je revienne, Blanche, il le fallait...Pour çà."
 
La main épaisse de Victor balais l'air, la vue dominante sur la mer.
Des mouettes tourbillonnent sous le soleil.
 
"Pour croire aux étés sur cette terre.
L'été arrivera bientôt...
Si c'est écrit sur la tombe, c'est que...d'une manière ou d'une autre, Anna le sait." 
 
 
Phrase mise en exergue au début du livre...
 
"J'arrive à un stade merveilleux où même les gens qui ne m'aiment pas achètent mes oeuvres.
Bref, je vais beaucoup mieux que mes copains morts.
Je profite de mes derniers jours de lucidité, mais il ne faut pas s'obstiner, j'arrive à la limite.
Je vous tiendrais au courant."
 
François, Charles, Alexis, Albert Morellet ,artiste contemporain français, peintre, graveur et sculpteur, né le 30 avril 1926 à Cholet.
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire