samedi 1 février 2014

La maison atlantique - Philippe Besson



"Je suis orphelin, ce sont des choses qui arrivent. 
À moi, il se trouve que c'est arrivé très tôt.
 J'avais seize ans quand j'ai perdu ma mère, dix-huit lorsque mon père est parti.
 On pourrait parler de terrible malchance, de sort qui s'acharne. 
Oui, peut-être. 
On pourrait me plaindre aussi. 
Je n'en demande pas tant.
 Et, de toute façon, la compassion n'est pas mon genre. 
Je sais ce que vous pensez : je devrais montrer du chagrin.
 Plutôt que ça, cette froideur apparente.
 Ce détachement. 
J'en ai du chagrin, n'allez pas croire.
 Il me semble même que c'est lui qui a provoqué toute l'histoire. 
J'ai oublié de vous dire : aucune de ces deux morts n'est accidentelle. "


L'homme qui prend la parole se souvient de sa jeunesse, pas si lointaine.
 L'été de ses dix-huit ans, il se retrouve seul avec son père dans la maison de vacances de son enfance, quelque part au bord de l'atlantique. 
Le père, homme d'affaires sûr de lui et de son charme, ignore que l'y attend un huis clos étouffant.
 Car la fatalité s'acharne parfois sur certains lieux comme s'ils étaient hantés par le désespoir de ceux qui les ont habités.
 Et le présent se charge de déterrer les contentieux du passé et de raviver les chagrins inconsolés...

Le nouveau Besson ,diablement efficace, se lit (se dévore) lors des premières vacances de l'année, précisément dans une maison atlantique...

Inutile d'en dire plus...




"Si j'avais été amoureux, j'aurais été moins disponible pour la haine.
Les choses ne se sont pas passés comme ça, voilà.

La preuve, il ne me reste pas grand chose de cette aventure, sinon des souvenirs incertains.
C'est comme une photo mal cadrée, comme un film amateur dont les images seraient floues.
Je reconnais un visage, le creux d'une hanche, mais l'ensemble se dérobe, rien ne forme une entité stable.
C'est aussi comme une bande-son qui avancerait au ralenti, ou dont certains morceaux auraient été endommagés.
J'entends une voix mais elle s'égare, des éclats de rire mais ils ne sont reliés à rien de tangible, des soupirs mais j'ignore s'ils sont de plaisir ou d'agacement.

Il faudrait évidemment s'attacher davantage aux gens qu'on rencontre.
Il faudrait s'intéresser à eux, prendre en charge un peu de leur vie, de leurs émois,les écouter, écouter même leurs silences, leurs interstices..."

Ma maison atlantique




25 commentaires:

  1. Inutile en effet, on est déjà tenté !

    RépondreSupprimer
  2. Un Besson comment résister ... ? et pourquoi résister d'ailleurs... !

    MERCI POUR CETTE DEVORANTE TENTATION ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui pourquoi d'ailleurs...sourires...
      Des bisous...pleinsssss

      Supprimer
  3. Vu la présentation , par l'auteur à la Grande Librairie
    Tableau de belle facture

    RépondreSupprimer
  4. Je me laisserais aussi facilement tenter...
    D'autant plus que je suis loin de connaître Besson.
    Un plus qu'adoré, un moyen et un attente... mais d'après ce que je peux sentir, certainement cette iode que tu as distillée dans tes mots, il devrait figuré dans cette première catégorie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans se priver d'un bon p'tit verre entre quelques pages...
      La vie est faite de petits bonheurs...

      Supprimer
  5. l'actualité du livre ne me m'intéresse plus, j'ai laissé échappé un excellent livre qu'on m'a offert, puis je dois téléchargé le seul qui me fasse vraiment rêver , le dernier Khaled hosseini

    Jorge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En attendant , lisez un petit livre qui m'est très cher, "la perle" de john steinbeck si vous ne l'avez pas déjà lu !
      à bientôt

      Supprimer
  6. tout est triste dans ce billet! !!!
    la tristesse se partage mieux à deux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours beaucoup de mélancolie, d'une certaine tristesse dans un Besson...
      Mais beaucoup d'amour aussi...
      J'aime...

      Ma tristesse m'appartient...je ne la partage pas.....

      Supprimer
  7. Très tentée en fait... par ton billet, et par le personnage de Philippe Besson, et un ou deux livres lu de lui déjà...

    RépondreSupprimer
  8. Un bail que je ne suis plus passée par ici... pardon !
    Il va falloir que je me rattrape ! Je vais essayer. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu passes quand tu veux...c'est toujours un plaisir...biz

      Supprimer
  9. J'ai pris un sacré retard dans la lecture de tes billets moi aussi ... rholalala ma liste va être LONGUEEEEEEEE!!! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas si longue la liste...j'écris un seul billet par semaine...je prends mon temps...je prends le temps...heureux en tout cas de ton passage par ici Sandrine...bises...

      Supprimer
    2. J'ai tourné autour de ce roman quelques fois ... ai fini par craquer (à cause de toi coquin de Jack ! ;-) )... l'ai dévoré ... Et voilà : le choc ! Me suis dit que vraiment, non vraiment, rien n'arrive par hasard ... une date anniversaire et les mots qui résonnent ... des mots qui m'ont prises à la gorge ... je te jure, je vais avoir beaucoup de mal à écrire mon billet ... je vais laisser reposer l'émotion, c'est préférable ... l'émotion, c'est la vie qui bat fort. Merci Jack.

      Supprimer
    3. Prends le temps alors...je lirais avec plaisir ton billet ...biz

      Supprimer
  10. Honte à moi je n'ai toujours pas lu Besson. Jacky tu me conseilles de commencer par lequel ?
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "De là on voit la mer"...qui viens juste d'être édité en poche...bises....

      Supprimer
  11. Besson c'est du bon ! Alors, tu parles si bien de ce dernier roman que je ne pourrai passer à côté !

    RépondreSupprimer